Depuis quelques jours j’essaye la bêta du futur Ubuntu, version 9.04 dont la sortie officielle est prévue le 23 avril 2009.

Site d’ubuntu : http://www.ubuntu.com

Pour information, Ubuntu construit ses numéros de version d’une manière facilement identifiable : avant le « . » il s’agit de l’année de sortie, et après, du mois auquel sortira cette version. Pour l’instant, Ubuntu sort 2 versions par an, en Avril et en Octobre.

La suite logique est donc : 8.04 Hardy Heron (Avril 2008), 8.10 Intrepid Ibex (Octobre 2008), 9.04 Jaunty Jackalope (Avril 2009), 9.10 Karmic Koala (Octobre 2009), etc…

Dans la liste des nouveautés attendues, nous trouvons entre autre Gnome 2.26, le système de fichier ext4 tant attendu, un système de notifications plus « design », un nouveau thème (appelé « New Wave« ), ainsi qu’une optimisation du démarrage du système.

Si vous voulez également tester cette version, je vous conseille de télécharger sagement un LiveCd sur le site d’Ubuntu pour faire vos tests et vérifier sa compatibilité avec votre système (d’un noyau linux à un autre, on ne sait jamais, surtout pour une bêta). Si vous êtes plus aventurier, deux solutions s’offrent à vous : formatter votre disque système et installer Ubuntu 9.04 grâce à un LiveCd, ou bien mettre à jour votre distribution actuelle grâce à l’update manager. Par contre, cette version étant toujours une bêta, elle ne sera pas proposée par défaut dans l’update-manager, il vous faudra « forcer » cette mise à jour, grâce à la commande suivante :

update-manager -d

L’avantage de la seconde solution, quand elle se déroule bien, c’est qu’elle conserve en l’état tous vos documents et programmes déjà installés. L’inconvénient majeur, dans le cadre d’une mise à jour vers Ubuntu 9.04, c’est que vous serez obligés de conserver le système de fichier utilisé précédemment, et ne pourrez donc pas profiter des améliorations apportées par l’ext4 ! Nouveau système de fichier qui d’après les tests du site Phoronix.com, doublerait pratiquement le débit par rapport à l’ext3 dans certaines conditions et sur certains types d’opérations. Vous pouvez lire ce test ICI.

Vous l’aurez compris, cette nouvelle version d’Ubuntu semble surtout orientée « performances », afin de remédier aux plaintes grandissantes sur cet aspect depuis les deux dernières release (8.04 et 8.10). Et c’est une nouvelle fois le site Phoronix (acteur majeur du benchmarking Linux) qui met les performances de cette nouvelle mouture en avant dans un test qui le compare directement à son prédécesseur (ubuntu 8.10 Intrepid Ibex) et où il s’avère 20% plus rapide que lui, et tout cela sans utiliser le nouveau système de fichier ext4 ! Pour plus de détail, c’est ICI.

Maintenant que la présentation générale est faite, je vais vous faire part de mes premiers constats, d’un point de vue purement « utilisateur » et qui seront complétés dans d’autres articles au fur et à mesure de mes découvertes.

Pour ce qui est de l’amélioration du temps de démarrage, je dois avouer que sur ma machine, j’ai été déçu après tout ce que j’avais pu lire sur le sujet… je n’ai pas senti de différence flagrante avec Ubuntu 8.10 qui s’y trouvait précédemment, contrairement aux 7-8 sec de gain que d’autres ont constaté chez eux, j’ai l’impression que ça ne s’est pas amélioré, je suis autour de 35 sec (d’après le logiciel bootchart) en temps de chargement total. Mais n’ayant pas la même mesure sous Ubuntu 8.10, je ne pourrais affirmer fermement la chose… mon ressenti est peut-être faussé par mes lectures préalables !

Passons ensuite au côté graphique, souvent important pour l’utilisateur final, d’autant plus qu’il s’agit aux yeux du grand public d’un de ses points faibles les plus souvent cités « Linux ? Pouah c’est moche ! ». De ce côté là, Gnome 2.26 ne change pas la face du monde (ce n’est pas non plus ce qu’on attend de lui, donc tout va bien), mais certains petits détails apporte une impression de « finition » supérieure aux versions précédentes, comme le look des notifications que l’on voit apparaitre près de l’heure.

Notification de déconnexion du réseau
Notification de déconnexion du réseau
Notification de connexion
Notification de connexion du réseau

A noter également qu’à présent les notifications émises par PidGin utilisent également ce système de rendu.

Je terminerai ce premier article par la seule régression constatée pour l’instant par rapport à Ubuntu 8.10 Intrepid Ibex : Compiz Fusion a quelques bugs. Pour ceux qui ne le connaitrait pas encore, il s’agit d’un logiciel permettant d’utiliser les ressources de la carte graphique pour supporter une partie de l’affichage, et donc de proposer des effets visuels beaucoup plus avancés à l’utilisateur, comme le sélecteur de fenêtre en 3D, ou le « rotation cube » vous faisant passer d’un bureau linux à l’autre (et bien d’autres encore, mais les lister ici serait beaucoup trop long). On peut considérer qu’il s’agit de l’équivalent du système « Aero » proposé par Microsoft sous Windows Vista.

Bref, ce qui se passe avec Compiz et ubuntu 9.04 ne semble concerner que les cartes vidéos ATI Radeon HD, et il s’agit d’un bug déjà référencé que les développeurs d’Ubuntu et de Compiz s’efforcent de résoudre : lorsqu’on souhaite restaurer une fenêtre après l’avoir minimisée, le système freeze pendant une bonne seconde, avant que la fenêtre n’apparaisse enfin. Ca peut paraître un détail, mais il s’agit quand même de l’action qu’on réalise la plus souvent sur une fenêtre, non ? Et ce bug s’avère donc particulièrement agaçant à l’utilisation. C’est pourquoi j’ai pour l’instant décidé de désactiver complètement Compiz sur mon pc, en attendant que la solution soit trouvée…

Pour finir, voici quelques captures d’écran d’effets proposés par Compiz Fusion, pour vous donner envie d’essayer ;o)

vue_bureaux_3d
Vision 3d des bureaux utilisés

Cube de rotation de bureaux
Cube de rotation de bureaux
Sélecteur de fenêtre 3D
Sélecteur de fenêtre 3D